Histoire de l'art

< Retour à la liste des fiches
Le XIXème siècle
Facebook icon

Le XIXème siècle

Cette fiche vous emmène à la découverte du XIXème siècle. Grand tournant historique, le XIXème siècle (De 1815 à 1914 environ) est avant tout LE siècle de l’Europe et de la deuxième révolution industrielle. Dans le prolongement de la Révolution française de 1789, les anciennes structures sociales et politiques perdent de la vitesse au profit de profondes métamorphoses.
Intellectuels, savants et bien sûr artistes de l’époque se lancent corps et âme dans la recherche scientifique, technologique mais aussi artistique. De profonds bouleversements esthétiques donnent naissance à de nombreux courants dont certains seront abordés ici. Aussi complémentaires qu’indispensables à la marche du siècle, ils se caractérisent tous par des spécificités bien marquées…

Recommandé pour :
 
 
 

De l'Académie avant toute chose

L’année 1830 met définitivement fin à la Restauration, période pendant laquelle la souveraineté monarchique avait de nouveau été d’actualité autour des rois Louis XVIII et Charles X, frères de Louis XVI. C’est alors que s’installe la monarchie de Juillet avec à sa tête la maison d’Orléans, branche cadette des Bourbons. Au même moment, l’Académisme s’impose comme le style officiel, dicté et reconnu par l’Académie des Beaux-Arts de Paris. Place à un mouvement conventionnel qui fera parler de lui jusqu’en 1880 environ…


Derrière les portes de l’Académie
L’Académie des Beaux-Arts parisienne est considérée à l’époque comme la plus rayonnante de toutes. Comment s’organise-t-elle ? Elle réunit différents savants et artistes assurant le contrôle mais aussi la production des oeuvres artistiques. Bien sûr, ils protègent aussi leurs créateurs et assurent leur renommée.

En fait, l’Académie fonctionne comme une école d’Arts avec un concours d’entrée, un cycle de formation, un
« examen final » sous forme de projet, un voyage d’étude en Italie à la découverte des peintres de la Renaissance pour les plus méritants, un Salon où sont exposées puis vendues les oeuvres les plus conventionnelles… Autant d’échelons à gravir avant d’être reconnu par ses contemporains.


Un style pictural bien réglé
La pratique de la peinture académique exige avant tout le respect de règles sévères. Pour les thèmes, l’histoire, la période antique et l’intérêt pour l’orientalisme sont privilégiés.
Au niveau des genres, la peinture de scènes historiques, l’art du portrait et du nu dominent les productions artistiques.
Les peintres doivent donc privilégier les sujets nobles et surtout, prouver qu’ils maîtrisent parfaitement le dessin.
Leurs modèles ? Les peintres de la période Renaissance avant tout mais aussi ceux du néo-classicisme français comme David.


Les principes fondateurs
Imposés par l’Académie des Beaux-Arts, ces principes sont respectés « à la lettre » par les artistes :
• Priorité donnée au dessin, à l’étude de l’anatomie et du nu
• Recherche de la perfection au niveau de la ligne, du volume et des tensions
• Recherche de l’achèvement de l’oeuvre
• Imitation des Anciens et de la nature
• Pratique de la touche lisse et du glacis
• Exactitude de la représentation du réel
• Retour au travail en atelier


Quelques peintres célèbres de l’Académisme :
Alexandre Cabanel, François Joseph Heim, Gustave Boulanger, Thomas Couture, Paul Delaroche, Jean-Léon Gerôme, William Bouguereau, Léon Perrault…


 

Pour voir le contenu dans son intégralité, vous devez être connecté

Cliquez ici pour vous connecter

Participez
au concours

En savoir plus

Mes favoris

Vous n'avez pas de fiche favorite pour le moment.
Pour en ajouter, rendez-vous sur une fiche et cliquez sur
« Ajouter aux favoris ».